Portrait officiel de l’auteur (1953-20??)

Ce site éminemment subjectif est un Objet Littéraire Non Identifié, une bouteille à la mer lancée sur l’océan du Web pour mes camarades des Fauvettes.
Et pour mes petites amoureuses, si elles veulent bien se souvenir de moi.

Portrait officiel de l'auteur

Patrice

D’abord ma mère me conduit chez le coiffeur, et je rechigne d’avance car je sais qu’il va me meurtrir la nuque avec sa tondeuse émoussée d’avant-guerre. L’hypocrite individu fait semblant d’épousseter les petits cheveux coupés tombés sur mon col, mais en fait il les y pousse habilement avec sa brosse. Ces petits poils me piqueront le cou tout l’après-midi comme un cataplasme à la moutarde. Il me tapote la tête avec un sourire mielleux, tout en surveillant ma mère du coin de l’œil dans l’espoir toujours déçu d’obtenir un pourboire.

Puis on me déguise avec le nœud papillon à élastique qui a servi pour le mariage de ma cousine. On me conduit chez le photographe à côté du Prisunic, qui est bien gentil mais dont le nounours en peluche ne m’amuse plus guère. Il m’assied sur un tabouret à vis et ouvre de grands parapluies blancs (ça porte malheur) destinés à produire le savant éclairage qui convient aux portraits officiels.

Il prend une douzaine de clichés et me libère enfin. Le meilleur sera soigneusement retouché, à la façon des photos d’acteurs gominés du studio Harcourt.

Voilà ma bobine à 11 ans. Le brave homme a oublié mon auréole, mais le reste est criant de vérité.